Bénin-Sierra Leone : Les Écureuils se sortent du piège sierra-léonais

Trois jours après le périlleux déplacement au Nigéria, les Écureuils du Bénin recevaient la Sierra Leone. Dans un stade Charles de Gaulle de Porto-Novo clairsemé, la mission était de gagner pour se relancer. Mission accomplie pour le onze national.

Michel Dussuyer devait composer pour une équipe pour arracher les points de la partie. Le technicien français a alors choisi d’effectuer un changement par rapport à l’équipe ayant débuté face au Nigéria, Olivier Verdon prend la place Yarou.

Le show Dossou

Conscients de l’importance du match, les Écureuils réalisent un début de match enthousiasment. Un pressing haut qui permet à l’équipe de s’installer dans le camp adverse. Les premières sueurs froides sierra-léonaises commencent par apparaître. Jodel Dossou a fait  passer une mauvaise soirée à son latéral Ali Sesay. Cependant, faute d’imprécision, les Béninois n’ouvrent pas rapidement le score. À force de dominer sans marquer, les joueurs de Dussuyer procurent de la confiance aux Leones Stars. Paradoxalement, c’est en pointant le bout de leur nez dans le camp béninois qu’ils se feront punir. Sur un corner dégagé au premier poteau, Jodel Dossou récupère le ballon à l’entrée de la surface de réparation béninoise et après un rush solitaire qui l’aura vu parcourir tout le terrain, il croise parfaitement son tir. On jouait la 29e minute quand les filets de la Sierra Leone tremblent. Contrairement au match face au Nigéria, les Béninois essaient de tuer le match. Néanmoins, ni Mounié, qui n’arrive pas à retrouver Poté au premier poteau ni Dossou qui aura effectué une première partie étincelante ne réussiront  à faire le break.

Les sueurs froides béninoises

Au retour des vestiaires, l’équipe sierra-léonaise revient galvanisée et décidée à revenir au score. Face à la pression adverse, les hommes en jaune plieront, mais ne rompront jamais. Ils ne seront jamais réellement mis en difficulté, la paire Verdon-Hountondji faisant le job. Même si des frayeurs ont traversé les travées du stade Charles de Gaulle, les Écureuils restent globalement sereins à l’image d’Emmanuel Imorou, impeccable sur son côté gauche. Ils réussiront même par se créer des occasions coup sur coup par l’intermédiaire de Dossou (encore lui) et du nouvel entrant Yannick Aguemon (74e minute). Mickael Poté essaiera aussi de participer à la fête, mais sa déviation finit dans le petit filet. Malgré une deuxième période compliquée, le Bénin s’en sort bien et se relance parfaitement dans ces éliminatoires.

 

© Beninfootball